La Cécité en Afrique

italia menu

Téléchargez le rapport du Congrès "Maladies oculaires dans les pays en voie de Développement" (en italien)

Les pathologies de la vue les plus fréquentes en Afrique auxquelles AMOA fait face:

Dans le monde, environ 20% des cas de cécité/déficience de la vue sont dus à des défauts de réfraction non corrigés, c-à-d myopie, astigmatisme, hypermétropie et presbytie. Ceux-ci causent des handicaps de la vue même graves lorsqu’ils ne sont pas « traités » par le simple port de lunettes. En Afrique, plus de 6% de la population est aveugle ou atteinte d’une déficience de la vue pour le simple fait de ne pas avoir porté de lunettes, lunettes qui pourraient être produites au coût de 5 euros.

 

Cataracte

En Afrique, la cataracte est responsable de presque 40% des cas de cécité. Elle consiste dans l’opacification du cristallin, qui est une lentille naturelle située à l’intérieur de l’œil. Dans des conditions normales, cette lentille est transparente. Suite à des altérations dues à vieillissement, traumas, infections, rayons UV, déshydratation, malnutrition, etc. elle peut toutefois devenir opaque. La cataracte fait obstacle à la pénétration de la lumière dans l’œil et conduit dès lors, soit à la réduction de l’acuité visuelle jusqu’à la seule perception de la lumière, soit à la cécité totale. La thérapie de la cataracte est chirurgicale : on extrait le cristallin naturel et on le remplace par une lentille artificielle. Cette intervention, qui rend la vue, coûte environ 30 euros pour un adulte et 130 euros pour un enfant.

 

  • 1a
  • 2a
  • 3a
  • 4a
  • 5a
  • 6a
  • 7a

 

Trachome

Les nombreuses initiatives de ces dernières années on réduit le pourcentage de trachome dans le monde à 3%. Ceci n’est toutefois pas suffisant car cette pathologie demeure endémique dans beaucoup de régions en Afrique. Le trachome est une maladie infectieuse chronique de la conjonctive et de la cornée, causée par une micro bactérie appelée Clamydia Trachomatis. Les premières manifestations de la maladie sont les rougeurs et les irritations oculaires, le larmoiement et le gonflement des paupières; lorsque la maladie évolue, les cils se retournent vers l’intérieur (trichiasis) et causent griffes et blessures aux yeux, à chaque battement des paupières ; cette situation est particulièrement douloureuse et conduit progressivement à une opacification de la cornée et donc à une cécité totale. La maladie est transmise d’un individu à l’autre par contact direct et même indirect. Les conditions hygiéniques précaires et l’abondance de mouches facilitent donc la diffusion de l'infection et de la maladie. Le trachome peut être traité avant qu’il ne mène à la cécité, en utilisant une pommade ophtalmologique à base de tétracycline et en respectant un certain nombre de règles hygiéniques. Au stade plus avancé de la maladie, seule une intervention chirurgicale peut sauver d’une cécité définitive. Pour ces raisons, la stratégie utilisée pour combattre la cécité due au trachome est appelée avec l’acronyme anglais « SAFE », lequel indique les quatre actions nécessaires à la lutte contre la maladie : « Surgery » (chirurgie): opération chirurgicale de correction de trichiasis visant à tourner les paupières vers l’extérieur, lorsque la maladie a déjà évolué. Cette opération peut être effectuée même par des infirmiers qualifiés directement dans les villages ou dans les dispensaires locaux. « Antibiotics » (antibiotiques) : application d’une pommade antibiotique lorsque la maladie est au stade initial afin d’arrêter le processus infectieux et ses conséquences sur les paupières. La pommade antibiotique (tétracycline), suffisante à arrêter la maladie dans sa phase initiale, coûte 1 euro. « Facial Cleanliness » (hygiène du visage) : éducation à la correcte hygiène/nettoyage du visage qui peut réduire le niveau de transmission de l'infection et de diffusion de la maladie. « Environmental Improvement » (développement environnemental) : amélioration des conditions hygiéniques/environnementales, indispensables pour vaincre l’infection.

 

Glaucome

Après la cataracte, le glaucome est l’une des principales causes de cécité/déficiences de la vue dues à des maladies oculaires : plusieurs études lui en attribuent la responsabilité dans 10% des cas. Le glaucome est une maladie caractérisée par la destruction progressive des fibres du nerf optique, due à une pression excessive à l’intérieur à l’œil. Cette pression excessive mène à une réduction graduelle et irréversible du champ visuel, jusqu’à la cécité totale et permanente. Dans la plupart des cas, l’hypertension oculaire ne cause pas de douleur, raison pour laquelle un instrument ou une visite sont nécessaires. Les conséquences plus dévastatrices du glaucome peuvent être prévenues par la réduction, en temps utile, de la pression intraoculaire, laquelle à son tour, peut être obtenue à travers l’instillation chronique de collyres ou à travers une intervention chirurgicale. La thérapie médicale (collyres) du glaucome coûte 12 euros par an, tandis que la chirurgie 35 euros.

Chirurgie du trichiasis trachomateux WHO 2015

Onchocercose ou Cécité Fluviale

A présent, 0,7%. C’est une maladie infectieuse causée par le parasite Ochocercas Volvulus, transmis avec la pointe de la mouche Simulium noire. Ces insectes se reproduisent dans la savane, dans les zones pluviales et dans les fleuves à écoulement rapide, d’où le nom « cécité fluviale ». Après environ un an, les larves déposées dans la peau se transforment en vers adultes qui se reproduisent par millions et migrent à travers le tissu sous-cutané jusqu’aux yeux, où ils endommagent la vue irréversiblement. Si elle est diagnostiquée à temps, la cécité fluviale peut être traitée grâce à un médicament à base d’Ivermectina, qui tue les larves, mais qui n’arrive pas à éliminer le vers adulte. Cela fait que l’individu infecté doit prendre ces pilules pendant 20 ans (durée de vie moyenne des vers), une fois par an, afin d’éliminer les larves produites par les adultes et réduire le risque de diffusion de l’infection. La société pharmaceutique Merk & Co. produit et offre gratuitement ce médicament (nom commercial : Mectizan) qui n’est donc pas en vente. 20 centimes suffisent pour la distribution du médicament à chaque individu qui sera ainsi protégé pendant un an.

 

Cécité infantile

Dans le monde, un million et demi d’enfants sont aveugles et chaque année environ 400.000 enfants perdent la vue ; plus de la moitié d’entre eux meurent dans l’espace de deux ans, suite aux maladies qui les ont conduit à la cécité ou à la manière dont ils sont négligés une fois devenus aveugles (source : OMS, 2002).


Pour les enfants, perdre la vue signifie impossibilité d’aller à l’école et de s’intégrer dans leur communauté. En Afrique la xérophtalmie, due à la carence de vitamine A, est la cause principale de la cécité ; les autre causes importantes sont la cataracte, le trachome, le glaucome, l’onchocercose, etc. décrits ci-dessus. Un apport insuffisant de vitamine A sèche les muqueuses, y comprises celles des yeux, et mène finalement à une opacification de la cornée, laquelle cause une cécité irréversible. L’instrument premier pour vaincre la xérophtalmie est l’information. Il est nécessaire que les mères soient conscientes de la nécessité de donner à ses propres enfants une alimentation correcte, intégrée de fruits et de légumes, et de l'opportunité d’allaiter au sein, si possible. Dans les cas plus graves où la carence de vitamine A a déjà donné des signes évidents, il est indispensable de donner trois capsules de vitamine A afin de bloquer les effets sur la vue. Le coût de ces capsules est de 3 euros seulement. En général, afin de réduire drastiquement la cécité infantile et ses conséquences, les actions suivantes sont nécessaires : i) visites ophtalmologiques dans les écoles, dans le but d’identifier les enfants qui ont besoin d’être traités ; ii) formation des sages-femmes et du ersonnel, afin qu’ils puissent enseigner aux femmes qui viennent de donner naissance comment nettoyer les yeux de leurs nourrissons pour éviter les infections ; iii) diffusion de l'information sur l’alimentation et distribution de vitamine A aux enfants qui montrent des signes de carence ; iv) distribution de Mectizan aux enfants d’âge supérieur à cinq ans dans les zones endémiques d’onchocercose ; v) pour les enfants atteints de cécité irréversible, programmes aptes à promouvoir leur intégration dans les écoles.

Cette situation nous fait encore plus réfléchir, si l’on considère qu’en Afrique, comme dans tous les pays en voie de développement, les causes de cécité et/ou déficience de vue pourraient être éliminées ou prévenues dans environ 75% des cas.

Téléchargez le rapport du Congrès "Maladies oculaires dans les pays en voie de Développement" (en italien)

 

Sei qui: Home La Cecità in Africa Sito Francese La Cécité en Afrique